Entrons en dissidence, sortie du livre de Yannick Jadot euro-député EELV

La crise entamée en 2008 a signé la fin d’un monde. Et c’est tant mieux.

clip_image002Effrayée à l’idée de disparaître avec ce vieux monde, l’oligarchie politique et économique fait de l’existant le refuge de sa pensée. L’immobilisme et le renoncement sont érigés en vertus politiques.

Finalement, le « système » décide pour nous, et laisse chaque individu désemparé
face à un avenir qui lui échappe. Entre le statu quo et la montée des extrêmes, le pire est à craindre. Mais une autre réalité se développe, et contribue à l’avènement d’un nouveau rapport de force démocratique. Partout des initiatives bourgeonnent, à la reconquête d’une souveraineté populaire oubliée au détour du virage néolibéral.

Fondée sur les notions de réseaux et de partage, articulant solidarité et écologie, cette nouvelle société refuse l’illusion du repli et redonne
espoir.
Le projet est immense : dépasser les conservatismes, faire sauter les digues qui empêchent cette révolution silencieuse d’irriguer la société, enrichir la démocratie partout ou elle peut être efficace, partout ou elle permet de retrouver la maîtrise de nos vies. Notre nouvelle frontière démocratique, c’est que dès demain une Europe dissidente prenne le pouvoir.

Le petit mot de Yannick Jadot :

Cher-e-s Ami-e-s,J’ai le plaisir de vous faire part de la sortie de mon livre « Entrons en dissidence », publié chez Plon et disponible depuis le 23 janvier. Dans ce livre, je tente de mettre en évidence les facteurs de blocage de notre société et de notre économie. Pourquoi n’arrive-t-on pas à intégrer les enjeux écologiques dans notre modèle de développement ? Veut-on encore d’une industrie en France et en Europe ? Pourquoi les PME sont-elles sacrifiées ? La mondialisation est-elle le mal ultime de notre pays ? Sommes-nous impuissants face au défi chinois ? Le scénario noir pour l’Europe est-il engagé ? En un mot, sommes-nous condamnés au déclin et à la défaite ? La réponse est évidemment non.  
Sur le climat, dans l’industrie, l’énergie ou l’agriculture, en ville et à la campagne, je cite de nombreux exemples qui démontrent qu’il existe des solutions porteuses de sens et de bien-être collectif. Leur point commun est de réinventer la démocratie là où elle est efficace, là où elle permet d’agir, là où chacune et chacun peuvent l’exercer. Elles ont aussi en commun de rompre avec le jacobinisme, le colbertisme et le nationalisme qui paralysent totalement notre pays. Démocratie environnementale, démocratie économique et sociale, démocratie locale et européenne : le projet est extraordinaire. Il est exaltant car il nous renvoie, individuellement et collectivement, à deux magnifiques principes de l’écologie : l’autonomie et la responsabilité.N’hésitez pas à me faire part de vos réactions, critiques ou questions. J’y répondrai avec plaisir.Amitiés

Yannick Jadot

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s