Civitas versus EELV, un grand moment de rien

Dimanche 21 avril à la Mutualité, EELV s’est retrouvé à tenir forum avec un voisin plutôt inamical : la paroisse de Saint Nicolas du Chardonnet, haut lieu de l’intégrisme intolérant.

Dimanche 21 avril 2013, anniversaire symboleEurope Ecologie – Les Verts initie un forum sur le thème de « Retrouver la Démocratie ». Ayant invité de nombreux intervenants, Pascal Durand (Secrétaire national d’EELV) présente un plateau est de choix : Christiane Taubira, Martin Hirsch, Cécile Duflot, Patrick Viveret, Rokhaya Diallo, Mathilde Dupré, Marie Noëlle Lienemann, Edwy Plenel, Aurélie Trouvé, Bastien François, Vincent rebériou. Malheureusement, victime du soleil, de la concurence (mais on ne peut le regretter!) de la mobilisation contre l’homophobie initié par Act Up à Bastille ou tout simplement du repos dominical, le public n’est que moyennement au rendez-vous : entre une centaine et deux cents personnes présents, mais le relais est fait par le net grâce à la technologie du MOOC initiée par les ecologeeks et vu les réactions via les réseaux sociaux, la retransmission a connu son franc succès.

Mais il est un point donnant sa raison d’être à ce billet qu’il faut noter : l’évènement se déroulait à la Mutualité. Obligation surement due à la dure loi de la location parisienne des salles, EELV se retrouvait à tenir forum avec un voisin plutôt inamical : la paroisse de Saint Nicolas du Chardonnet, haut lieu de l’intégrisme intolérant.

Prudente, l’organisation du rendez-vous politique nous avait en amont envoyé un mail nous demandant de ne pas arborer de t-shirts, badges ou autres accessoires, signes ostentatoires de notre état d’écologistes, pouvant devenir objets de provocation à proximité de l’église : le respect du prochain, nous aussi cela nous interpelle.

13h30, le soleil caresse le quartier, les écologistes préfèrent en profiter que de rentrer de suite dans la salle. Un café jouxte le lieu où quelques têtes connues d’EELV dévisent devant une boisson. Edwy Plenel donne son numéro de téléphone à un monsieur, Martin Hirsch blague avec Pascal Durand, Jean-Vincent Placé donne l’impression de vouloir entrer travailler, mais pas tout de suite quand même, l’ambiance est amicale.

Les « momos », service d’ordre pacifique d’EELV, sont là et accueillent les participants avec le sourire, on les reconnait facilement avec leur brassard vert. En face, sur le parvis de l’église, on peut également noter la présence d’un service d’ordre : environ 4/5 personnes arborent aussi un brassard, mais rouge celui-ci. On se regarde, on s’observe, on ne se provoque pas mais il est évident qu’on ne s’apprécie pas. Trois policiers sont également en faction au coin de la rue, surveillant tout ce petit monde, mais rien de plus. Les EELV sourient alors lors du passage de prêtres tellement typique du lieu de prières, il me semble reconnaitre l’un d’entre eux

Le public entre, le forum commence : à la tribune Edwy Plenel apostrophe les écolos, Jean-Vincent Placé écoute, quelques insolents Twittos du parti asticote le sénateur, mais, bon joueur, il salue le discours du co-fondateur de Mediapart.

Les tables rondes s’enchainent, les débats sont construits, intéressants, puis c’est au tour de Cécile Duflot de passer à la tribune. Une partie de son intervention est relatée dans cet article de Mediapart. Tout à coup en fond de salle, la porte s’ouvre, de grands gaillards en costume munis d’oreillettes déboulent, ils se déploient aux quatre coins de l’assemblée, libérant une petite dame souriante : Christiane Taubira arrive et Cécile Duflot la salue avec un plaisir non dissimulé, laissant apparaitre la profonde sympathie unissant les deux femmes.

C’est alors au tour de la Ministre de la Justice d’intevenir à la tribune, elle s’y dirige alors que la salle se lève dans des applaudissements chaleureux auxquels elle répondra malicieusement : « j’ai bien fait de venir ! ». Madame Taubira nous nourit alors de son lyrisme politique teinté de poésie, lorsque soudainement les équipes de « Momos » sont appelés au talkie-walkie pour un renfort à l’entrée. Je les suis, comprenant ce qui se passe, et voulant prendre des photos pour les tweeter à l’attention des personnes réunies à la Bastille contre l’homophobie.

Surprise à mon arrivée, ils ne sont qu’une poignée à l’allure vestimentaire si clichée, si stéréotypée.

Mais notez bien sur la photo : regardez cet homme en veste sombre, envoyant des sms pour rallier ses troupes. Effectivement, il s’agit bien d’Alain Escada, le Président de CIVITAS, cet officine traditionaliste d’extrème droite, et au moment même où se déroule une manifestation anti Mariage pour tous, sûrement rejeté pour délit de mauvaise fréquentation par Frigide Barjot, mais dont les sbires attendent possiblement leur heure pour faire un crescendo dans la haine de fin de manifestation homophobe.

Les forces de police se renforcent alors peu à peu, nous sourions : les CRS vont protéger les écolos, ces beatniks, face à des personnes BCBG de bonnes familles catholiques. Si il est un choc de civilisation créé par la loi sur le Mariage pour tous que l’on peut alors accorder à Mme Boutin, c’est que la chienlit n’est plus là où on l’imaginait.

Tour à tour, après les débats, Christiane Taubira, puis Cécile Duflot sortiront escortés, sous les huées et les colibets de quelques excités.

« Taubira tête de rat, Cahuzac dans le même sac ! », « Duflot démission ! Duflot démission ! », ok, ok… Notre réponse ne se fait pas attendre :

Photo Rodéric Aarsse
Photo Rodéric Aarsse

Marine Tondelier, EELV, les moquera sur Twitter :

Mais seulement une poignée d’excités, une délégation ridicule et impuissante : la zenitude de la police et les regards des gendarmes vers le ciel se disant qu’ils seraient plus sympa d’être dans un transat dans un jardin, en disent long, nous sommes en train d’assister à un non évènement, surestimé.

L’essouflement est là : la manif pour tous ne mobilise plus, de 45 000 participants selon la Préfecture à 270 000 selon le gonflement outrancier habituel des organisateurs, et sur leur territoire, dans leur antre de l’extrémisme catholique, les renforts de CIVITAS n’arriveront jamais, ils ne seront toujours qu’une poignée. Car maintenant, ce n’est plus que ça l’opposition au Mariage pour tous : une radicalisation haineuse menée par une minorité homophobe.

Pour finir la journée, nous prendrons un verre à la brasserie face à Saint Nicolas du Chardonnet, même pas inquiets, victorieux pacifiques d’un grand moment de rien.

Article paru initialement sur Mediapart

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s